Phitanie se dorure la pilule

La couverture d’un livre, c’est un peu comme l’odeur d’un plat fraîchement sorti du four.

C’est ce qui nous attire en premier, c’est ce qui nous donne envie, nous fait saliver, et nous donne déjà un indice sur le contenu. Autant dire qu’une bonne couverture est essentielle pour gagner de nouveaux lecteurs.

On est d’accord, des goûts et des couleurs, il y en a autant que de personnes dans ce (bas) monde, si bien qu’une couverture ne remportera jamais tous les suffrages. Pourtant, nul ne peut nier le travail essentiel des illustrateurs.

L’importance de la couverture

Ainsi, je n’en menais pas large en attendant les premiers essais de couverture pour Phitanie. Très mauvaise en dessin, j’étais incapable de savoir ce que je voulais précisément. Je savais juste ce que je ne voulais pas. Et j’ai eu beaucoup de chance, Marie-Laure Barbey (Les Croquis de Marie) a concocté un magnifique univers en accord avec mon texte. Ses couvertures sont aussi originales que l’Autre Monde, les couleurs et les formes choisies reflètent à la perfection le contenu de chaque bouquin. Je te remercie encore de tout mon cœur pour tes superbes créations qui sont, à chaque salon, remarquées et félicitées.

La reliure, mon pêché mignon

Mais le travail des illustrateurs n’est pas le seul à pouvoir sublimer la couverture d’un livre. Depuis que je suis toute petite, je regarde avec des yeux amoureux les vieux livres de la bibliothèque familiale dont la couverture est en cuir et le nom en lettres dorées ou argentées. Je suis certaine que vous voyez desquels je parle, vous en avez certainement, vous aussi. Ils réunissent souvent les grands classiques, les chefs d’œuvre des époques passées, ils écrivent l’Histoire.

Joyeux anniversaire, Phitanie !

Et pour les 3 ans de Phitanie, j’ai décidé de me faire plaisir et de m’offrir ma page d’Histoire à moi. J’ai donc apporté mes trois tomes à L’atelier de reliure Rozo (https://www.facebook.com/atelierrozo/), à Paris, et j’ai choisi la couverture que mes livres auraient dans ma propre bibliothèque familiale. J’ai choisi le cuir, son grain, sa couleur, les coins du livre qu’il couvrirait. J’ai aussi choisi le papier qui traverserait les âges, et la dorure. J’ai choisi ce qui serait écrit sur la tranche, la typographie, le pictogramme. J’ai rendu mon livre unique.

Voici un petit aperçu du premier tome. Les autres sont toujours en cours de fabrication mais seront exactement pareils. Une belle collection commence…

Merci à tous les artistes, de tous les secteurs, amateurs ou professionnels, à tous : merci de rendre unique et inestimable chacune de vos créations !

Découvrez d’autres actualités

amet, quis efficitur. ipsum sit Aenean consequat.